La Chambre d'agriculture d’Indre et Loire est agréée par le Ministère en charge de l'agriculture pour son activité de conseil indépendant à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques sous le numéro IF 01762, dans le cadre de l'agrément multi-sites porté par l'APCA.

Coordonnées

Chambre d'Agriculture d'Indre et Loire

38 rue Augustin Fresnel
BP 50139
37171 CHAMBRAY LES TOURS Cedex
Tél : 02 47 48 37 37
Fax : 02 47 48 17 36

accueil@indre-et-loire.chambagri.fr

Horaires d'ouverture

Lundi au Jeudi
8 h 30 - 12 h 30
13 h 30 - 17 h 15

Vendredi
8 h 30 - 12 h 30
13 h 30 - 16 h 30

Situation janvier 2013

Sept arboriculteurs à titre principal conduisent des vergers selon le mode de production biologique, dont 5 sur toute leur surface, ce qui correspond à environ 85 ha de vergers bio avec, en grande majorité, des pommes à couteaux.

Deux jeunes viennent de reprendre un verger déjà bio et ils ont fait le choix de diversifier en arrachant quelques ha de vergers pour y produire des légumes. C’est une tendance assez répandue chez les arboriculteurs bio, qui présente l’avantage d’avoir un produit à vendre en cas d’alternance négative, ou de gel comme en 2012. De plus, cela augmente la gamme offerte aux consommateurs qui leur achètent en direct.  Par contre, cela accroît encore les charges de main-d’œuvre.

Les facteurs limitant le développement

  • La non homologation en France de produits utilisables en Allemagne et en Italie, tels :

    • La bouillie sulfo-calcique italienne, pour se protéger, voire stopper la tavelure ;
    • Le neem pour se protéger des pucerons ;
    • L’écorce de quassia pour éviter les dégâts dus aux hoplocampes ;
    • Les charges de main d’œuvre importantes liées à l’éclaircissage et l’entretien du rang ;
    • La rapide saturation du marché des circuits courts amplifiée par l’intérêt récent portés par les « conventionnels » à ces circuits de proximité et pratiquant des prix nettement en dessous des coûts de production en bio ;
    • L’absence d’organisation formelle des producteurs qui limite ou retarde dans le temps l’accès aux circuits plus longs ;
    • Le manque de capacité de stockage pour pouvoir assurer une continuité d’approvisionnement  en fruits de qualité sur une plus longue période;
    • Les difficultés d’accès des poids lourds à la fois pour charger les fruits en zones rurales et pour les livrer en zones urbaines.

Les atouts

  • Une station de recherche technique (La Morinière) qui s’investit dans l’arboriculture bio, en lien avec un groupe de producteurs très actif ;
  • Un centre de recherche national, le GRAB d’Avignon, qui travaille  les productions de fruits et légumes bio depuis longtemps déjà ;

  • Des structures départementale et régionale d’accompagnement des producteurs : le GABBTO et BioCentre ;
  • Des regroupements possibles de l’offre au travers de  Val-Bio-Centre et Bio- Loire-Océan pour nos voisins des Pays de la Loire et également Self-Bio-Centre pour approvisionner  la restauration collective en bio.

Actions du groupe

  • Réunions téléphoniques ou physiques une fois par mois pour des échanges sur :

    • L’état sanitaire des vergers ;
    • La situation des marchés….

Alain CHABAUTY

Tél : 02 47 48 37 79
alain.chabauty(at)cda37.fr

 

 

VITIBIO est une publication payante, rédigé d'après les observations du BSV Viti-Centre.
Pour vous abonner contactez : Alain CHABAUTY
Voici un exemplaire mis à votre disposition :

VITI@BIO 2013
n° 7 Période du 4 au 10 juin 2013

 

 

Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS